84% des Français prêts à partager leurs données de santé pour améliorer la recherche

Les Français prêt à partager leurs données de santé pour la recherche

Plus de 80% des Français sont prêts, sous réserve que certaines conditions soient réunies, à partager leurs données de santé. Ce chiffre éloquent est issu d’un sondage réalisé pour le think tank Healthcare Data Institute. Il dit combien nos concitoyens sont sensibles, notamment, à la question de la participation des patients à la recherche scientifique.

La priorité des personnes interrogées porte évidemment sur la sécurité des données qu’ils partagent. Mais au-delà, plusieurs conditions doivent être réunies :

  • pour 52% d’entre elles, il est nécessaire pour partager ses données de santé de savoir à quelles fins elles seront utilisées ;
  • 51% veulent connaître précisément les destinataires de leurs données (hopitaux, universités, laboratoires, fondations…) ;
  • et 50% des sondés souhaitent pouvoir faire valoir leur droit d’opposition à tout moment.

Une fois ces préalables posés, les Français, dans leur immense majorité, sont prêts à devenir des acteurs de la recherche. Et ils considèrent que leurs données peuvent elles aussi jouer un rôle dans les évolutions du système de soin. C’est notamment le cas lorsque le partage d’informations vise à mesurer la performance des produits de santé (80%) ou à améliorer la qualité de la prise en charge des patients (83%) ; mais encore plus (84%) si l’étude de leurs données permet d’améliorer les diagnostics, les décisions médicales et les traitements !

« Les données ont une valeur médicale et sociale, et donc une grande valeur collective, commentait Rémy Choquet, directeur de l’innovation chez Orange Heathcare, à l’occasion de la présentation de cette étude. Et si on leur dit à quoi ça sert, les citoyens adhèrent encore plus à cette idée. »

Clarté sur la finalité, transparence sur les destinataires, possibilité de sortir à tout moment de l’étude : telle est bien la démarche de la recherche SAFIR, totalement dans la ligne de cette approche plébiscitée par les Français.

*Sondage réalisé en ligne par Odoxa pour le Healthcare Data Institute, les 25 et 26 octobre 2017, auprès d’un échantillon de 1000 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.